Articles

[Ma vie, mes amours, j'vous emmerde...] épisode 5 - Les prémices de l'élection des miss

Un peu moins disponible pour les meetings politiques depuis qu'elle est devenue une journaliste en vogue, voilà plusieurs semaines que Pincemi n'a pas revu son ennemi juré, le vil et ô combien excitant BudZ. Elle continue toutefois à rêver chaque nuit ou presque d'ébats brutaux et indécents dans ses draps, qu'elle imagine de soie. Et chaque matin ou presque, elle cherche l'absolution en rêve dans les bras de Hauruhaku. Elle va d'ailleurs régulièrement au temple pour entretenir la foi et la flamme en confessant sans retenue ses fantasmes nocturnes. Ces rêves de débauche dans l'antre de la Bête font sourire le prêtre, qui a appris à connaître et à apprécier sa protégée pour ce qu'elle est. Le combat entre l'Ange et le Démon dans le coeur de Pincemi ne lui fait toutefois pas perdre de vue son objectif et ses ambitions, et c'est sans relâche qu'elle se consacre à l'organisation du concours de miss. Le jury qu'elle a constitué a d'ore…

Exercice d'écriture #14 : la lettre de Sand

Image
Pour cette quinzaine, j'ai eu envie de proposer un exercice inspiré par une lettre attribuée à George Sand. Je ne sais pas pourquoi, elle m'est revenue en tête la semaine dernière et je me suis dit "Tiens, c'est parfait pour un exercice d'écriture !" (que j'ai l'espoir de tenter moi-même depuis longtemps mais… le temps, tout ça…). La lettre de George SandL'histoire dit que c'est une lettre codée que l'écrivaine aurait envoyée à son amant, Alfred de Musset. Il s'est en fait rapidement avéré que c'était un canular. Les deux amants avaient toutefois bien une correspondance codée - mais un rien moins spectaculaire puisqu'il s'agissait d'une forme d'acrostiche, le message caché étant simplement composé du premier mot de chaque vers.



La lettre pastiche est assez simple à décoder - mais un poil plus délicate à rédiger - puisqu'il suffit de lire une phrase sur deux pour avoir le vrai texte. Ici, l'auteur⋅ice de la mis…

[Ma vie, mes amours, j'vous emmerde...] épisode 4 - Miss Chkroufgnoukvlusk

Maintenant que Blonde à la Page est en vogue, Pincemi l'est aussi. Elle écume les soirées branchées, où elle est dorénavant invitée. Outre le fait qu'elle adore ça, ça lui permet de manger et de boire à l'œil. Non pas qu'elle soit radine, mais elle aurait dû lire son contrat d'édition avant de le signer car la Gazette lui reverse des cacahuètes. Et si elle part, ce sera sans les droits de ce que les lecteurs nomment déjà affectueusement BàlP. Alors elle se console en se grisant d'alcool et de la notoriété dont elle commence à jouir. Ce succès commence à lui monter à la tête et Pincemi donne son avis sur tout et sur tous. Elle critique le pouvoir en place et l'inertie du maire, se rend aux débats publics pour dire sa façon de penser, qu'elle estime être la meilleure. Dans les meetings, on la reconnaît. En ville, on vient la saluer. Dans les cafés, on parle de son magazine. Elle voit même certaines pipillonnes essayer d'appliquer ses conseils de beau…

Exercice d'écriture #13 : l'acrostiche

Image
Pour l'exercice de cette quinzaine, on met de côté - momentanément - le jeu de rôle et on retourne zieuter du côté des contraintes d'écriture, avec l'acrostiche, un exercice dont l'originalité est, certes, loin d'être folle, mais dont les possibilités créatives restent nombreuses.

Les contraintes d'écriture Je les avais déjà abordées dans de précédents articles mais certains ayant été retirés, il ne sera probablement pas inutile de faire un petit rappel. L'écriture sous contraintes n'est - attention, blague éculée - pas le fait d'écrire sous la contrainte, un stylo à la main et le couteau sous la gorge. Les contraintes d'écriture, c'est un moyen efficace de libérer la créativité. Ça peut sembler contradictoire et pourtant, les limites qu'apportent la contrainte ouvrent des horizons et des perspectives qu'on aurait peut-être négligés si on avait été libre de nos pensées. Je ne peux ni nommer ni expliquer ce phénomène mais je peux affir…

[Ma vie, mes amours, j'vous emmerde...] épisode 3 - La naissance de BàlP

Une fois chez elle, Pincemi n'en finit pas de fulminer. Humiliée, blessée dans son amour propre et renvoyée à sa condition précaire, elle se sent minable, elle qui se sentait pousser des ailes à force d'être jolie. Elle est bien obligée de se rendre à l'évidence : elle n'est définitivement pas faite pour cette vie modeste et insipide. Pincemi veut du frisson, de l'aventure, mais aussi l'argent et la gloire. La blondinette sait qu'elle a ce qu'il faut où il faut pour y arriver. Alors des jours durant, tout en continuant sa pitoyable et ennuyeuse routine, Pincemi réfléchit. À qui elle est, à ce qu'elle aime, à ce qu'elle sait…
L'idée jaillit un beau matin devant son miroir. Elle se maquille et s'observe, satisfaite du résultat. Bon sang mais c'est bien sûr ! La voilà, la solution, l'autoroute vers la gloire. Pincemi est blonde, Pincemi est belle, Pincemi est bonne. Trois qualités qui, ajoutées à ses compétences et sa personnalité, v…

Exercice d'écriture #12 : un article de presse

Image
Pour cette quinzaine, j'ai encore été piocher sur Bouzouks.net pour trouver l'inspiration. Pincemi est très polyvalente et en plus d'être une ambitieuse et voluptueuse garce arrogante, elle est journaliste. Elle a même récemment été nommée rédactrice en chef de la Gazette, l'occasion rêvée de partager cette expérience.

L'article de presse Évidemment, je ne suis pas experte en article journalistique. Je n'ai pas fait d'école de journalisme, ni même travaillé comme pigiste pour le journal du quartier. Je ne vais donc pas donner de méthode pour ce type d'écrit. Mais je pense pouvoir dire sans trop m'avancer que l'article de presse doit avoir un contenu informatif. Il doit traiter une information, ça, on en est sûr. Là où la pratique diffère d'une feuille de chou à une autre, c'est sur la façon dont cette information est traitée. On pourrait se dire que le⋅a journaliste a un devoir de neutralité mais on a tous⋅tes des opinions et des convict…

[Ma vie, mes amours, j'vous emmerde...] épisode 2 : Éveil politique d'une jeune effrontée

Accoudée au comptoir du GerbeurKing, Pincemi s'ennuie. Obsédée par l'image du prêtre, elle se refait sans cesse le film de leur rencontre, non sans y ajouter quelques scènes supplémentaires un brin plus osées. Elle a beau multiplier les aventures, aucune ne parvient à chasser le souvenir à la fois douloureux et délicieux du pipillon en soutane. Elle a vécu cette rencontre comme une illumination et depuis, elle porte un regard dénué de complaisance sur sa vie. La blonde n'aime pas du tout ce qu'elle voit. Certes, il y a la folie douce de Luvs qui rend la vie un peu plus jolie ; il y a les pipillons, leurs regards, leurs caresses et le sentiment que ça lui procure ; il y a les soirées arrosées où tout peut arriver. Mais il y a aussi ce job pourri qui suffit à peine à payer le loyer ; il y a la beauté qui risque de faner et l'ambition inassouvie ; il y a le corps qui brûle et l'image du prêtre qui attise le brasier. Pincemi veut plus. Elle le mérite. Le souvenir d…